Paysages Hyperréalistes Urbains

Paysages Hyperréalistes Urbains

Artiste: Laurent Minguet

Paysages Hyperréalistes Urbains: Artiste toulousain autodidacte, Laurent Minguet est né en 1969. Nous surprendre par son hyperréalisme déconcertant semble son leitmotiv. Issu du monde industriel, ce designer de renom, fort de ses différents succès internationaux, a décidé de se consacrer à une carrière d’artiste plasticien dès 1998. Designer confirmé dans le mobilier urbain avec plus de 150 modèles créés – ses mobiliers se retrouvent notamment dans le quartier de La Défense et les jardins de l’OCDE à Paris, ou encore sur le site de l’exposition universelle de Lisbonne – il expose pour la première fois et partage l’affiche aux côtés du sculpteur britannique Paul Day.

Hyperréalisme sur fond naturel

Dans ses tableaux et à la manière d’un architecte, ses paysages léchés nous présentent des points de vue photographiques urbains. Laurent Minguet n’est pourtant pas photographe mais un dessinateur averti. Ne soyons pas trompés par l’hyperréalisme de ses réalisations. Ce sont de fines pointes noires qu’il utilise – qui glissent sur la toile ou sur le bois brut, noyer ou merisier. Un fond aussi naturel que le bois choisi par l’artiste pour représenter un paysage industriel, dénoncer l’oxymore, tant pollué que silencieusement bruyant.

Ses villes dessinées sont inertes et désertes, des vues comme figées dans un instantané offrent une romantique urbaine à la Gilles Deleuze. Nous reconnaissons évidement les lieux : la Tamise à Londres, la tour de Manhattan, les rues de New York, San Francisco, Tokyo, Berlin, Los Angeles, Las Vegas ou Miami, c’est en se rapprochant que nous sommes admiratifs, voir sidérés, du trait si précis de l’artiste. La rue est son inspiration ; mais il empreinte aussi ses codes plastiques, les codes du Street-art. Et tout à coup, la présence de l’acrylique monochrome interroge.

“Toyer”

Pourquoi un rendu quasi photographique et si techniquement détaillé serait dénaturé par une ligne ou une coulure de peinture ? Celle-ci vient masquer ces dessins délicats, fracassant l’absence de matière du tableau d’origine. Ce jet de couleur rompt le noir omniprésent de la composition en révélant ainsi sa force visuelle. Dans le street art, rayer un graffiti est une action, un geste qui porte un nom : « toyer ». Les graffeurs se toyent entre eux pour se censurer. C’est un geste ultime, violent et déshonorant. Mais Laurent Minguet le choisit pour dynamiser son propre travail.

Geste conscient et réfléchi, voulu, où la nouvelle ligne créée est en opposition aux perspectives de ses compositions urbaines et donne un nouveau rythme pour le moins intéressant. Ce geste serait-il là pour signaler qu’il ne s’agit pas d’une photographie, comme un indice visuel ? Pas seulement ! Les oppositions entre le paysage urbain et le trait coloré se trouvent sur des lignes de perspectives et provoquent le mouvement. La présence d’un rouge, d’un jaune, d’un bleu ciel, suggère le déplacement, l’action.

Transparence de la couleur

Et l’action de l’artiste également, pour nous enchanter à nouveau : c’est ici que Laurent Minguet revient à sa plume, pour redessiner sur la couleur opaque la part du dessin qu’elle nous masque : performance inattendue ! Comme si la peinture laisserait à voir le dessin, il le reproduit en clair, nous bluffant complètement sur une éventuelle transparence de la couleur. L’œuvre est attirante de loin, lumineuse, intrigante, photogénique. A s’y approcher, on découvre la qualité technique époustouflante du tableau, incroyablement détaillée de près… Deux collections qui se font bel écho :

“Red_Lines”

collection à l’acrylique sur toile revisitant plusieurs métropoles mondiales, portée par des compositions graphiques d’un rouge saisissant dont chaque tableau porte la signature.

“Wood_City”

collection originale utilisant comme arrière-plan le bois dont le veinage propose une dynamique renforcée par de grandes coulures monochromes. Les paysages urbains superposés suggèrent alors plusieurs prismes de lecture

Oeuvres exposées

Oeuvres vendues

L’art Sources & Références:

Partagez les “Paysages Hyperréalistes Urbains – Laurent Minguet” sur:

Pin It on Pinterest